• Les nouveauté du festival culturel du Tibet et des peuples de l'Himalaya

     

    Comme chaque année c'est une boufée d'oxygène et de partage en plein coeur de la capitale. Pour cette 13ème édition le Festival culturel du tibet et des peuples de l'himalaya a eu lieu ce week-end du 15 juin à la Pagode de Vincennes. Avec pour pays d'honneur : la Mongolie.

    Une fois de plus, j'ai eu la chance d'y assister et je tenais à vous faire partager cette magnifique expérience humaine.

     11h30 : Ouverture des festivités avec la création du mandala de sable à l'intérieur de la Pagode. 

    Construite dans les années 70 la Pagode de Vincennes abrite le plus grand Bouddha d'Europe (plus de 9m de haut) recouvert de feuilles d'or, ainsi que plusieurs reliques sacrées. Lieu de recueillement et d'offrandes, la Pagode est aussi un lieu d'expositions pendant les salons et festivals. Comme pour celle du peintre tibétain Tashi Norbu ce week-end.

     - Création du mandala de sable tibétain par un moine boutanais, qui sera  détruit et offert en offrande à la fin du festival -

     - Mandala de sable tibétain -

    - Découverte de la yourte mongole et récitations de contes pour les enfants par Pascal Fischmann - 

     - Intiation à la méditation dans le traditionnel Centre Kagyu Dzong dirigé par Lama Gyurmé -

    Invité d'honneur : Michael Perlman, réalisateur américain venu présenter son film "Tibet au-delà de la peur". Dans celui-ci, il raconte avec justesse et véracité la situation actuelle du Tibet et de sa capitale Lhassa actuellement en voie de destruction. S'appuyant sur deux témoignages troublants de deux anciens prisonniers politiques tibétains : un jeune moine et une jeune nonne, Ngawang Sangdrol, arrêtée à 11 ans et condamnée à 24 ans de prison dans les années 50. Elle fut relâchée en 2002. Reconnue aujourd'hui comme ayant subie l'une des peines d'emprisonnement les plus longues. "Tibet au-delà de la peur" nous apprend comment malgré la torture incommensurable infligée par leurs bourreaux, la foi en l'avenir du Tibet et la ferveur en sa Sainteté la Dalai Lama demeurent chez ces deux anciens détenus. Comment les enseignements de Bouddha et leur courage leur a permis le dépassement de soi et leur libération. Un film à voir absolument ! 

    - L'affiche du film - 

    Bientôt suivi en salle de "FREE CHINA : LE COURAGE DE CROIRE", du même réalisateur.

    Autres vedettes du Festival les épagneuls tibétains originaires des montagnes de l'Himalaya. Contraints d'être en cage devant la foule, ces derniers plutôt farouches, impatients de retrouver leur LIBERTE ont finalement réussi à faire le bonheur des enfants.

     

     

     

    - Epagneul tibétain -

    - Lama Guyrmé entouré d'épagneuls tibétains -

    Tout près d'eux, les dogues du Tibet n'ont pas volé leur succès auprès du public. Ces chiens dit : aux "4 yeux, dont 2 ne dorment jamais", ont été autrefois importés d'Inde du Nord, du Népal et de la Chine. lls ont remplacés cette année les traditionnels et célèbres yacks des hauts plateaux. Les dogues du Tibet sont à la fois les compagnons de voyage des nomades tibétains, utilisés pour veiller aux troupeaux. Mais sont aussi les meilleurs chiens de garde pour les monastères des moines bouddhistes. Leur taille imposante, leur pelage saillant et la sagesse qu'ils incarnent en font aujourd'hui une espèce rare dans le monde, vendue très cher et convoitée par les classes aisées chinoises.

     - A côté de son maître, un dogue du Tibet mâle couleur fauve, âgé de 2 ans et demi, pour une taille de 75 cm et un poids de 70kg - 

    - Le dogue tibétain toujours aux aguets -

    - Même quand il dort le dogue tibétain continue de veiller -

    Nous ne pouvions pas parler de ce Festival Culturel du Tibet et des peuples de l'Himalaya sans évoquer les nombreux collectifs et associations françaises, tibétaines, mongoles ou encore népalaises, venues comme chaque année avec le même enthousiasme, faire découvrir au public la richesse culturelle et la spécificité des pays de l'Himalaya. Sur les stands sont à vendre des repas et habits traditionnels, albums de chants sacrés et objets de rituels, en passant par des livres de maîtres spirituels.

    Pour clôre ce festival, sur la voie de la sagesse et de la compassion, le Vénérable Dagpo Rinpoché a fait le déplacement jusqu'à Vincennes, pour faire profiter de son enseignement des Quatre Nobles Vérités du Bouddhisme. Devant une assistance plus apaisée, plus consciente.

    - OM MANI PADME HUM - 

     E. TERLON

    (NB : Cliquez sur les photos pour les agrandir)

    « Reportage - La sardine, pas qu'une histoire de boîteJean Moulin : L'art contemporain sur fond de résistance »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :