• DES RAILS D’HUMEUR (1)

    - Phénomènes de société -

     

    Tous témoins, pas d'accusé

    C’était un soir de janvier sur la ligne C.

     Vol à l’arrachée, inhumanité déguisée,

    Selon tes heures de dérobe, sous toutes les nationalités

    « Attention aux pickpockets » on ne le dira jamais assez.

     

    Et oui ! Paris la belle, lui se l’est faite, avec le combiné,

    Bien né sans but, sans identité.

    Pour nuire, dérober l’inaccessible réussite, la quête, la clé.

    Paris, capitale du luxe et du plaisir

    Déplaisir du nombrilisme coincé.

    Paris tu les laisses rouler sur tes pavés décontenancés, nus,

    Dépucelés d’excès, de rage, de mensonges inavoués.

     

    Et du dépôt des valises à la plainte, il n’y a que quelques années

    Oui provinciaux naïfs, loin de CHEZ VOUS, déracinés.

    GPS intégré de quartiers en quartiers, à regarder devant, derrière, au cœur du vice, à guetter.

     

    Panique sur la ville, c’est la crise

    Crise antipathique, plutôt comique

    Humour noir d’un soir,

    Penché polar pas comic strip.

    Sortez "couverts" ou ne sortez plus,

    Plus d'place dans les Restos non plus.

    On compte sur qui ? Sur NOUS ?

    Chacun pour soi et Dieu pour TOUS. Et ça manifeste !

    Peuple aux abois, pas GAY tout ça.

    Hisser les étendards, les dés sont jetés,

    Tu coules Paris, sous la seine d’Epinay

    Tu meures de tes affres, de tes plaies de honte gorgées

    Tu laisses sur ton pavé les enfants d’Abbé Pierre et ça continue encore et encore...

    Et des 1,56 à 4 m² que faudra-t-il entendre dès lors ?

                                                                  

    Paris libéré, t’as bien changé tu sais.

    Derrière tes bidonvilles retranchés, tes beaux "palais" dorés

    Tu pilles ton Histoire, tes cafés où l’on riait le soir,

    Tu pilles ton identité. Adieu Edith, finis les shows près du comptoir.

    Que t’arrive-t-il Paris ? Tu ne ris plus, tu fais la gueule.

    Pendant que d’autres, Don Depardieu entre autres, en font une belle

    Chez nos voisins, ainsi soit-elle… et peu t’importes !

    Tout s’importe, tout /(s) s’export (ent) : le savoir-faire, le savoir vivre, le made in France. Douce France.

    Paris dans tes silences tu te corromps, au frais de la surconsommation.

    Brassens disait « Quand on est con, on est con », pardon.

    De délits mineurs en dégoût majeur, tu sonnes ta dernière heure.

    Oh Paris, Paris tu vis, pendant que leurs cœurs ailleurs sont déjà pris,

    Déjà pris.

     

    Elodie Terlon.

    « Martine Brousse : "On doit crier notre indignation, on ne fait pas assez"SUR UNE PAGE BLANCHE (2) »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :