• "Culture no censura"

    Images : Elodie Terlon - 2011

    "Non à la censure ! Oui à la culture !" c'est le slogan des musiciens de Séville depuis le 15 décembre.

    La raison ? La fermeture d'une salle de concert et discothèque dénommée "Sala Malandar", par une règlementation, accusant les organisateurs de nuisance sonore (92 décibels maximum autorisés).

    Sur la Plaza Nueva, musiciens, techniciens, membres d'associations et autres collectifs se sont réunis une première fois, pour un rendez-vous musical. Ils accusent le gouvernement espagnol de porter atteinte à leur liberté d'expression. La musique, leur métier et l'essence même de leur capitale, Séville. Plus largement, ces derniers dénoncent la précarité de la musique indépendante.

    A la Sala Malandar, fondée par Julio Moreno on y joue tous les styles de musique différents : du pop-rock au reggae, en passant par le nu-jazz, le hip hop et le funk. L'opportunité pour les jeunes talents de laisser à leur art tout l'espace qu'il mérite, dans une tolérance des plus totales. Tout en étant proche de leur public.

    Un lieu de convivialité pour les amoureux de la musique locale et anglo-saxonne. D'autant plus que l'entrée est gratuite avant minuit. 

    Si cette révolution reste incomparable à celles des pays arabes, elle pourrait prendre une plus grande ampleur d'ici les prochains jours. 

     

    Le 23 décembre, les membres de la Sala Malandar et les musiciens de Séville se réuniront à Muelle de la Sal pour une nouvelle manifestation.

    « L'ESPAGNE EN FETE A L'APPROCHE DE NOEL (4 jours à Séville)ANDALUCIA MI AMOR (Partie 1) »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :